Expérimentations au Bouchot

En dix ans de vie et de travail sur ce coin de terre de Sologne, nous n'avons cessé d'expérimenter et de mettre en œuvre les techniques de la conception écologique et de la permaculture.

Le jardin-forêt comestible

Pour rendre à la nature sa place, il a été nécessaire de planter des arbres notamment en haies. Les haies forment des obstacles indispensables au vent, favorisent le retour de la biodiversité et constituent des zones frontières naturelles. Les sols dégradés par une longue période d'agriculture conventionnelle ont été laissés aux bons soins des animaux : moutons, ânes et chevaux, pendant plusieurs années.

Après le repos des terrains est venu le temps du Jardin Forêt Comestible. Implanté en 2010, sous forme de Mandala, il occupe une surface de 2 500 m2 et regroupe de nombreux arbres fruitiers, essentiellement des vieilles variétés. Les arbustes (amélanchier, aronia, arbousiers, cassis, goumis, groseilles, casseilles, framboisiers, mures...) constituent l'étage intermédiaire. Les plantes grimpantes (vignes, kiwis, kiwais...) trouvent aussi leur place. Au sol, des fleurs se mélangent aux plantes médicinales et aux légumes permanents. Les sols ne sont pas retournés, mais reconstitués par l'apport de dolomie, du fumier des animaux et d'humus, obtenu par le compostage de déchets végétaux.On y utilise du Biochar, des composts, du BRF (bois raméal fragmenté), des jus de composts, des purins de plantes, des mycorhizes et des organismes efficaces (EM). Deux serres complètent l'installation.

Récupération d'eau de pluie et vortex

Une attention particulière a été portée à l'eau. En Sologne, la pluviométrie est très irrégulière. Aux hivers parfois très humides se succèdent des périodes de sécheresse, qu'accentue le changement climatique. Pour faire face à ces oscillations et prévenir les manques d'eau et une hygrométrie potentiellement très faible, nous avons réalisé plusieurs réserves qui concentrent les eaux de pluie.

L'eau en mouvement

L'eau qui stagne meurt. Elle peut être mise en mouvement selon les principes de Schauberger et de Steiner.

Un bassin de 100 m3 alimente une réserve de 20 m3, surélevée, située au centre du Mandala. L'eau déborde dans une cascade, après être passée dans un puissant vortex flowform réalisé par le sculpteur anglais Wilkes. Ce système est complété par un anneau de phytoépuration qui permet une filtration de l'eau qui vient d'être ainsi redynamisée. Le bassin au centre de la cour est également doté d'une petite cascade flowform et d'un vortex masculin. L'eau du puits, utilisée en cas de besoin, est aussi brassée dans un grand vortex expérimental sous forme d'un tube translucide d'un mètre de haut de 30 cm de large.

La multiplication des vortex contribue à créer des vibrations favorables aux végétaux et à toutes les formes vivantes.

Un reportage de FR3 sur le bouchot : http://m.france3-regions.francetvinfo.fr/centre/la-permaculture-dans-le-...